Les trouvailles de Riri la Brocante #4 : brocante de la Rue de Bretagne (mai 2016)

Le week-end dernier, c’était la grande brocante de la Rue de Bretagne mais aujourd’hui je vais plutôt vous parler de celle de mai dernier lors de laquelle j’ai fait quelques emplettes (et à ce rythme là je vous parlerai de celle de novembre 2016 dans 6 mois).

dsc08648

Relativement peu de shopping cette fois-ci, mais beaucoup de cohérence et de talent puisque tout provient du même stand et que je n’ai acheté qu’une seule catégorie d’objets, des sous-vêtements.
Plantes, meules, déco, accessoires, fringues… oui, je trouve énormément de choses en vide-greniers mais je n’achète pas de sous-vêtements. Jamais. Enfin sauf ce jour-là.

Je suis tombée sur une amie qui avait un stand sur la brocante. En plus d’y vendre quelques créations de sa propre marque d’accessoires en tricot, elle avait aussi sur les bras, le vieux stock d’une mercerie. Parmi tout plein de choses, il y avait notamment de la lingerie, mais neuve et sous emballage, j’y jette donc un œil.

Et quelle surprise de tomber sur des tricots de peau, bien ringards pour la plupart des gens mais tant désirés par ma personne. Grande frileuse que je suis, j’ai déjà essayé les Thermolactyl de Damart, les Heattech d’Uniqlo mais rien n’y fait, je me les pèle quand même. Je me suis donc dit qu’il fallait que j’envisage sérieusement de passer au niveau supérieur et d’investir dans des sous-vêtements de qualité et en matières nobles pour en finir avec le froid. Mais à 45 € le t-shirt, je n’ai en fait jamais franchi le pas.

dsc08664

J’ai finalement bien fait de patienter car le Dieu du vide-grenier a mis sur mon chemin ce t-shirt en laine et soie made in Italy (de la marque Liabel), avec sa dentelle ringarde qui est en fait ce que l’on appelle une batiste (une toile de lin fin), le tout dans un packaging bien daté (bonjour chère madame de la photo). A l’intérieur, une petite carte de garantie me rappelle la soi-disant qualité du produit que je viens d’acquérir et son caractère « irrétrécissable ». Je ne l’ai pour le moment, ni lavé, ni porté, mais je mise tout sur l’union de la laine et de la soie pour être aussi apaisée que la dame de la photo cet hiver.

dsc08669

Autre achat que j’espère être à la hauteur de mes espoirs : des collants Falke. D’après ce que j’ai pu lire sur le net, cette marque allemande est très réputée pour ses chaussettes (homme/femme) et ses collants, on parle même de haut de gamme. Le prix en boutique est lui aussi assez haut de gamme (comparé à un collant DIM, un collant Falke est au minimum trois fois plus cher), mais je suis tellement écœurée de voir mes paires de collants DIM se trouer au bout de quelques heures (oui, de quelques heures), que je m’étais déjà préparée à faire une razzia chez Falke pendant les prochaines soldes. Finalement je n’ai pas eu à attendre, le destin a fait son travail et me voilà avec des collants de « luxe » à prix riquiqui. Là aussi, je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ces achats, je mise tout sur la qualité du nylon pour garder ces collants le plus longtemps possible et me défaire du fléau du collant troué.

dsc08674

Vide-grenier du 27-29/05/2016 autour de la Mairie du 3ème (75003, Paris)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s