Le beau bizarre célébré à Hey! modern art & pop culture / Act III

La Halle Saint-Pierre, temple de l’art brut et singulier accueille depuis la mi-septembre le troisième volet de l’expo HEY! modern art & pop culture, initiée en 2011. Des œuvres intrigantes, dérangeantes et décalées y sont montrées jusqu’en mars 2016. 

Hey!modern art & pop culture / Act III © Lovely Rita

C’est au pied des jardins de la Butte Montmartre, entre les cafés pour touristes et les échoppes de tissus qu’a élu domicile la Halle Saint-Pierre. Ce lieu entièrement consacré à l’art hors normes occupe une ancienne halle de type Baltard et dispose d’espaces d’expositions, d’une librairie ainsi que d’un café (appréciable échappatoire au tumulte du quartier, soit dit en passant !)

Vue sur la librairie de la Halle Saint-Pierre © Lovely Rita

Chaque année, la Halle accueille une grande expo, la dernière (inaugurée à la mi-septembre) est le troisième épisode d’un « cycle » démarré en 2011 et initié par la revue HEY! modern art & pop culture, fondée par Anne et Julien. A l’image de la publication (qui existe depuis 2010), l’exposition suit de près les expressions artistiques alternatives et hors pistes. C’est en véritables passionnés et passeurs qu’Anne et Julien partagent dans Hey! modern art & pop culture / Act III leurs découvertes et coups de cœurs. Dessins, céramiques, bande-dessinée, installations, tattoo art s’y bousculent pour tracer une carte de ce qui se fait de mieux actuellement quand on sort des sentiers battus de l’art contemporain.

Hey! modern art & pop culture / Act III touche au domaine de l’étrange, du bizarre et de l’inhabituel. Ou encore du loufoque, du rare, du timbré, de l’halluciné…on pourrait dérouler ici des dizaines d’adjectifs pour qualifier ce que l’on a vu. La visite de l’expo est une plongée dans les univers souvent très personnels et intimes de chacun des artistes. Anne et Julien ont conçu ce dernier volet (et les précédents d’ailleurs) comme une ode à la créativité, à celle qui s’exprime sans entraves, ni bornes.

Pour achever de vous convaincre d’aller voir cette exposition fascinante, quelques photos des pièces qui ont retenu mon attention.

Dans l’une des premières salles défilent des vidéos réalisées par Mark Ryden pour des reprises du titre « Daisy Bell » (interprétées par Nick Cave, Weird Al Yankovic et d’autres artistes). Ryden fait ici se rencontrer un monde enfantin aux couleurs bonbon et un autre manifestement bizarre et sombre. L’hybridation est réussie et donne naissance à des créatures ou saynètes étranges (un homme-patate derrière un piano, un embryon qui chante…)

Vidéo de Mark Ryden © Lovely Rita
Vidéo de Mark Ryden © Lovely Rita

Le coup de cœur de l’expo revient au travail de Claire Partington. En céramique, l’artiste représente des figures de notre histoire et imaginaire collectifs, marquées par un détail qui fait mouche ou plutôt qui crée le décalage avec l’univers ou le milieu social dans lequel elles sont censées évoluer. Ainsi, cette jeune fille de bonne famille à tête d’artichaut, une autre à tête de lapin que l’on imagine un peu rebelle (cf. le signe des cornes qu’elle fait de sa main) ou cette sirène de Fiji tatouée. Les œuvres de Partington sont tout aussi délicates que farfelues (dans une moindre mesure).

 

Plus loin, Jephan de Villiers semble avoir lâché sur la Halle Saint-Pierre son armée de créatures sorties du bois. Des dizaines et des dizaines de petits personnages rustiques forment le cortège de « L’ours à l’envol rêvé et la forêt tranquille ». Assiste-t-on à une migration, à une procession ? On se plaît ici à observer ces individus de plus près, à scruter les expressions de leur visage en espérant en vain qu’ils s’animent et nous  dévoilent la raison de leur mystérieux rassemblement !

 

Autre curiosité en la personne d’Hervé Bohnert, boulanger-pâtissier le jour et artiste la nuit (ou est-ce plutôt le contraire ?). Ce Strasbourgeois travaille sur le thème de la vie et de la mort. Il crée ces crânes recouverts d’étoffes anciennes, embellit un squelette avec de la dentelle… on en oublierait presque le support pour ne voir que la délicatesse de l’enveloppe.

 

Le corps occupe une grande place dans l’imaginaire de certains artistes présentés à la Halle Saint-Pierre. Tantôt mutilé, difforme, morcelé, mutant, il s’expose sous toutes les coutures.

 

A l’étage du lieu, place à des travaux un poil moins sombres mais tout aussi wtf dans l’esprit !  Que penser de ces animaux empaillés et costumés ? De ces misemono goya (banderoles de freak shows japonais) assez délurés ? Ou encore de cette forme humaine recouverte de poils ?

 

Enfin, ne manquez pas le travail pour le moins épatant d’Albert Sallé, qui enferme dans des globes en verre ou des boîtes, des décors et villes miniaturisés et parfois animés. Deux-trois bouts de ficelle, des matériaux de récup et beaucoup d’imagination pour des œuvres merveilleuses.

 

Et pour la suite, rendez-vous à la Halle Saint-Pierre !

crédits photos : Lovely Rita

Hey!modern art & pop culture / Act III
du 18/09/2015  au 13/03/2016
à la Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris

Plein tarif : 8,50 €
Tarif réduit : 6,50 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s